English    Rechercher

Articles et extraits d'ouvrage - D

DAMBICOURT Jean Pierre, « Le nombre d'or et la fin du pythagorisme musical », in J.B. Condat (éd), Nombre d'Or et Musique, Paris et Frankfurt-am-Main, Verlag Peter Lang, 1988, p. 26-38.

En partie sur Xenakis et son « pythagorisme ».

DARASSE Xavier, « Sur Gmeeoorh », in GERHARDS Hugues (éd.), Regards sur Iannis Xenakis, Paris, Stock, 1981, p. 236-239.

Le premier interprète de Gmeeoorh évoque les difficultés de l'œuvre.

DA SILVA SANTANA Helena Maria, Analyse de l'activité rythmique chez Iannis Xenakis (Persephassa pour six percussionnistes et Psappha pour un percussionniste), mémoire de D.E.A., Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales/Ecole Normale Supérieure/IRCAM, 1995.

DA SILVA SANTANA Helena, « Espaços de Timbres – Cores do Tempo », Revista On Line do IPG, Guarda - www.ipg.pt

Sont analysés les espaces de timbre crées par Xenakis ainsi que son comportement dans le temps et dans l'espace physique de la salle de concert.

DA SILVA SANTANA Helena, « Modelos Matemáticos: Paradigmas de uma linguagem », in Actas das VII Jornadas Pedagógicas – Flexibilidade em Ambientes de Mudança, Escola Superior de Educação de Beja, 2001, p. 395-403.

Sont analysées plusieurs œuvres de Xenakis et de Debussy, qui utilisent des proportions mathématiques  et l'auteur montre comment la musique peut être un moyen pour comprendre et connaître les mathématiques.

DA SILVA SANTANA Helena, « Proporções Matemáticas na Criação Musical », Colecção Cadernos do Instituto Politécnico da Guarda, vol. 2, Guarda, 2002, p. 7-33.

Sont analysées plusieurs œuvres de Xenakis et de Debussy, qui utilisent des proportions mathématiques.

DA SILVA SANTANA Helena, « Terretektorh : l'espace et le timbre, le timbre de l'espace », in SOLOMOS Makis (éd.), Présences de Iannis Xenakis, Paris, CDMC, 2001, p. 141-152 (traduction anglaise : « Terretêktorh : Space and Timbre, Timbre and Space », ExTempore, A journal of Compositional and Theoretical Research in Music, Sunderland vol. IX n°1, 1998, p. 12-36).

Analyse détaillée des mouvements spatiaux mis en œuvre dans Terretektorh, et notamment de leur relation avec le timbre.

DECARSIN François, La directionnalité de l'énoncé musical depuis 1950, thèse de doctorat de 3ème cycle, Paris, Université de Paris I, 1981, p. 61-66, 93-97, 133-135.

Sur Xenakis et la nature; références à Pithoprakta et au Polytope de Montréal.

DELALANDE François, GAYOU Evelyne, « Xenakis et le GRM », in SOLOMOS Makis (éd.), Présences de Iannis Xenakis, Paris, CDMC, 2001, p. 29-36.

Cet article propose d'expliquer les relations entre Xenakis et le GRM et les différences entre Xenakis et Schaeffer.

DELIO Thomas, « Diamorphoses by Iannis Xenakis », in Thomas Licata (éd.), Electroacoustic Music: Analytical Perspectives, Westport (Connecticut), Londres, Greenwood Publishing Group, 2002, p. 42-57.

Une analyse perceptive de la pièce.

DELIO Thomas, « I. Xenakis' Nomos alpha. The Dialectic of structure and materials », Journal of Music Theory vol.24 n°1, 1980, p. 63-86 (repris in : Thomas DeLio (éd), Contiguous Lines, University Press of America, 1985, p. 3-30).

Analyse détaillée de Nomos alpha à partir des explications de Xenakis.

DELIO Thomas, Structure and Strategy : Iannis Xenakis' Linaia-Agon, University of Maryland, 1985, repris in DeLio Thomas, « Structure and Strategy : Iannis Xenakis' Linaia Agon », Interface vol.16, 1987, p. 143-164.

Une analyse détaillée de la pièce.

DELIO Thomas, « Xenakis », Perspectives of New Music vol.39 n°1, 2001, p. 231-242.

Quelques généralités sur Xenakis.

DELPECH Jean-Louis, « Cybernétique et art », in Encyclopaedia Universalis, Paris, Universalis, 1995, tome 5, p. 921-926.

Quelques mots sur le Polytope de Montréal.

DIBELIUS Ulrich, Moderne Musik II.1965-1985, München, R. Piper Gmbh und Co. KG, 1988, p. 48-53.

L'auteur classe Xenakis avec Ligeti et Lachenmann dans un chapitre intitulé « Klangkomposition ».

DIBELIUS Ulrich, Ligeti. Eine Monographie in Essays, Mainz, B. Schott's Söhne, 1994, p. 262.

Entretien avec Ligeti : sur ses rapports avec Xenakis.

DI SCIPIO Agostino, « … Composer est une bataille… Pour la paix. Paragraphs on Xenakis », The Open Space Magazine, n°3, 2001, p. 25-31.

Commentaires généraux sur Xenakis à l'occasion de sa mort, portant notamment sur des questions morales autour de questions comme « il faut être constamment un immigré ».

DI SCIPIO Agostino, « Da Concret PH a Gendy 301. Modelli compositivi nella musica elettroacustica di Xenakis », Sonus n°14, Potenza, Sonus Edizioni Musicali, 1995, p. 61-92 (traduction américaine : « Compositional Models in Xenakis's Electroacoustic Music », Perspectives of New Music vol.36 n°2, 1998, p. 201-243).

Une étude détaillée et précise de certaines œuvres électroacoustiques (Concret PH, Analogique B, Mycenae-Alpha, La légende d'Eer et Gendy 301).

DI SCIPIO Agostino, « Formalisation and intuition in Analogique A/B (1958-59) », in GEORGAKI Anastasia, SOLOMOS Makis (ed.), Proceedings of the « International Symposium Iannis Xenakis », Athènes, University of Athens, 2005, p. 95-108. Article sélectionné : www.iannis-xenakis.org/fxe/actus/symposium.html

DI SCIPIO Agostino, «Le nuvole di suono e le loro macchine. Ascolto e analisi di Analogique A et B, di Iannis Xenakis », in Alessandro Melchiorre (éd.), Iannis Xenakis. Musicista scienziato architetto, Quaderni di ricerca IRMus 2, Milan, 2006, p. 129-160.

Une analyse très détaillée de certains aspects de la pièce.

DI SCIPIO Agostino, « Métaphore, formalisation et intuition dans Analogique A et B de Xenakis », in SOLOMOS Makis (éd.), Iannis Xenakis, Gérard Grisey. La métaphore lumineuse, Paris, L'Harmattan, 2003, p. 181-192.

A propos de la métaphore du « nuage » chez Xenakis, notamment dans Analogique A et B : l'auteur propose de parler de métaphore « opérationnelle ».

DI SCIPIO Agostino, « Scienza e musica dei quanti acustici : l'eredità di Gabor », Il Monocordo vol.6, 1998, p. 71-76.

Sur les références de Xenakis à la théorie de Gabor.

DI SCIPIO Agostino, « Systems of Embers, Dust, and Clouds : Observations after Xenakis and Brün », in Harley James (ed.), In memoriam Iannis Xenakis = Computer Music Journal vol. 26 n°1, Cambridge (Massachussetts), MIT, 2002, p. 22-32.

L'auteur évoque l'influence de Xenakis et de Herbert Brün sur lui-même.

DI SCIPIO Agostino, « The notion of synthesis in Xenakis's music », in Iannis Xenakis : Das elektroakustische Werk. Internationales Symposion Musikwissenschaftliches Institut der Universität zu Köln, sous la direction de Ralph Paland, Christoph von Blumröder, Vienne, Verlag der Apfel, 2009, p. 64-80.

Sur les différentes méthodes de synthèse du son utilisées par Xenakis : granulaire, stochastique, UPIC, dynamique stochastique, ainsi que sur les questions qu'elles soulèvent.

DI SCIPIO Agostino, « The Orchestra as a Resource for Electroacoustic Music. On some works by Iannis Xenakis and Paul Dolden », in DI SCIPIO Agostino (ed.), Perspectives on Xenakis = Journal of New Music Research vol. 33 n° 2, 2004, p. 173-183.

Analysis of the use of orchestral sounds in the electroacoustic composition Hibiki Hana Ma. A comparison is made with more recent works by canadian composer Paul Dolden, who also uses orchestral materials for his electroacoustic music.

DI SCIPIO Agostino, « The problem of 2nd-order sonorities in Xenakis' electroacoustic music », Organised Sound vol.2 n°3, 1997, p. 165-178. Elargi in « Clarification on Xenakis: the Cybernetics of Stochastic Music », in SOLOMOS Makis (éd.), Présences de Iannis Xenakis, p. 71-84.

Etude des œuvres électroacoustiques selon l'hypothèse émise par Xenakis (à propos d'Analogique) d'une « sonorité de deuxième ordre », suivie d'une critique de la stochastique.

« Dossier : I. Xenakis -Tra Scilla e Cariddi », Spirali n°3, déc.1980, p. 5-6.

DOUBOV Mikhail, « Iannis Xenakis: v vek techniki – k novoy estetike » [In the century of engineering – to new aesthetics], Musukalnaya gizn, 1999 n°1, p. 39-43.

This article is gives the Xenakis's general portrait and the basic problems of his creativity (E. Ferapontova).

DOUBOV Mikhail, « M. Proekt sonorno-stochasticheskiy: Iannis Xenakis, "Trostnikovue zarosli" (1977) » [The sonoristic, stochastic project: Iannis Xenakis, Jonchaies (1977)], Teoriya sovremennoy kompozicii, Otvetstvennuy redactor, V. Cenova, Moscou, Musuka, 2005, p. 596-611.

DOUBOV Mikhail, « Piano music by Xenakis : performing interpretation of logical models », in GEORGAKI Anastasia, SOLOMOS Makis (ed.), Proceedings of the « International Symposium Iannis Xenakis », Athènes, University of Athens, 2005, p. 262-231.

DOUBOV Mikhail, « Strukturnaya sonorika Iannisa Xenakisa » [Iannis Xenakis's structural sonority], Musukovedenie 2008 n°1, p. 2-10.

Historical context and essence of Xenakis' structural organizations : scales, sieves, arborescences (E. Ferapontova).

DROSCHKE Amadeus Jakob, « Après Le Corbusier », L'Arc n°51, 1972, p. 63-71.

A propos de la pensée et de l'œuvre architecturales de Xenakis.

DROSELTIS Alexandros, Zufall und Determination in der westeuropäischen Musik um 1960. Dargestellt an Werken von Iannis Xenakis und Karlheinz Stockhausen, thèse de doctorat, Berlin, Technischen Universität Berlin, 2009, 238 p.

Une comparaison de l'utilisation du hasard chez Xenakis et Stockhausen. Le chapitre 2 analyse Duel, Herma, Morsima-Amorsima et Syrmos.

DURNEY Daniel, « Itinéraire », L'Arc n°51, 1972, p. 3-16.

Commentaire des différentes étapes de l'évolution de Xenakis.

DUSAPIN Pascal, « Hommage », in Portrait(s) de Iannis Xenakis, sous la direction de F.B. Mâche, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2001, p. 89-94.

Quelques mots sur Xenakis par son ancien élève.

DUSAPIN Pascal, « L'imagination au-dessus », in Festival d'automne à Paris 1972-1982, Paris, Temps Actuels, 1982, p. 217-218.

L'auteur y emploie l'expression « transfert du modèle ».

DUSAPIN Pascal, « Une filiation problématique », Entretemps n°6, 1988, p. 71-76.

L'auteur commente ses liens avec Xenakis.

DUSAPIN Pascal, Halbreich Harry, « Entretien », in GERHARDS Hugues (éd.), Regards sur Iannis Xenakis, Paris, Stock, 1981, p. 343-356.

Un entretien où Dusapin explique ce qu'il a retenu de Xenakis.

 
Haut de page