English    Rechercher

Livres

Bibliographie analytique réalisée par Makis Solomos

Musiques formelles = Revue Musicale n°253-254, 1963, 232 p. Réédition : Paris, Stock, 1981, 261 p. [pour la traduction américaine : cf. infra]

Musiques formelles est à l'image de Xenakis : les huit premières pages et les deux dernières pages du livre, d'intérêt général (philosophico-esthétique), contrastent avec le corps de l'ouvrage, qui est très technique. Celui-ci est d'une importance capitale : si l'on excepte quelques rares publications ultérieures, c'est le seul document où Xenakis analyse sa musique. Musiques formelles qui, aujourd’hui encore, contribue à accorder à Xenakis l’image du compositeur « mathématicien », détaille les théories que celui-ci utilisa de 1956 à 1962. L’ouvrage comprend cinq chapitres, dont les quatre premiers sont des versions remaniées d'articles parus in Gravesaner Blätter : 1) « Musiques stochastiques (générales, libres) » : une discussion générale sur le déterminisme précède l'analyse de l'application des probabilités dans Pithoprakta et Achorripsis ; 2) « Musique stochastique markovienne » : analyse des principes qui ont conduit à la composition d’Analogique A et B (et de Syrmos) ; 3) « Stratégie musicale » : la « théorie des jeux » appliquée à Duel et Stratégie ; 4) « Musique stochastique libre, à l'ordinateur » : les phases du programme informatique qui a servi aux ST (dans la réédition, on trouvera aussi en annexe le programme informatique) ; 5) « Musique symbolique » : explication de la « logique symbolique » qui a servi pour Herma et tentative de l'appliquer à Beethoven.

Musique. Architecture, Tournai, Casterman, 1971, 176 p. Nouvelle édition, augmentée : Tournai, Casterman, 1976, 238 p. [traductions : 1) en japonais : trad. Yuji Takahashi, Tokyo, Zen-On Music Company CTD, 1976 ; 2) en italien : Musica. Archittetura, Milano, Spirali, 1982 ; 3) en catalan : trad. Anna Bofil, Barcelone, Antoni Bosch, 1982]

Huit des neuf chapitres de la première édition de ce livre furent publiés dans diverses revues. Six sont consacrés à la musique. Parmi ceux-là, le dernier (« Vers une philosophie de la musique », 1966) est d’un intérêt exceptionnel : il s'agit d'une tentative de poser les fondements philosophiques d'une formalisation de la musique, suivie de l'analyse de Nomos alpha ; cet article a connu d'autres versions. Dans le chap. V (« Vers une métamusique », 1967), Xenakis explique la théorie des cribles et tente de la légitimer historiquement. Le chap. I (« Théorie des probabilités et composition musicale », 1956) a déjà servi à l'élaboration du début du premier chapitre de Musiques formelles. Les trois autres chapitres (« Les trois paraboles », 1958, « Trois pôles de condensation », 1962 et « Formalisation et axiomatisation de la composition musicale », 1964) constituent un résumé des théories déjà exposées dans Musiques formelles. En ce qui concerne les écrits de la seconde partie : « Le Pavillon Philips à l'aube d'une architecture » (1958) explique d’une manière détaillée les principes techniques du célèbre Pavillon ; « Notes sur un “geste électronique” » (1958) pose les principes d'un art électronique total et évoque la spatialisation de la musique ; « La ville cosmique » (1965) décrit le projet utopique d'une ville située tout en altitude. La seconde édition de Musique. Architecture ajoute une troisième partie qui contient : 1) des graphiques musicaux et architecturaux ; 2) un chap. intitulé « Variété » qui parle en général de la musique, du rôle de l'artiste et des visions xenakiennes, et qui sera développé dans l’article « Les chemins de la composition musicale » (1981) ; 3) un tableau comparatif du développement de la musique et des mathématiques suivi de trois notes (sur le C.E.M.A.Mu., sur l'U. P.I.C., sur les cribles) ; 4) trois entretiens avec F.B. Mâche, O. Revault d'Allonnes et F. Genuys (publiés in L'Arc, 1972) qui portent sur les ambitions xenakiennes (« Exprimer l'intelligence » et « Changer l'homme ») et ses dangers (« Rationalité et impérialisme ») ainsi que sur l'ordinateur (« Du bon usage de l'ordinateur »).

Formalized Music, traductions Christopher Butchers, G. H. Hopkins, John Challifour, Bloomington, University Press, 1971, 273 p. Nouvelle édition, augmentée et traduite par Sharon Kanach : Stuyvesant (New York), Pendragon Press, 1992, 387 p.

La première version de ce livre est constituée de : 1) six chapitres qui sont la traduction de Musiques formelles (son second chap. étant ici divisé en deux chap. ) avec ses « Appendices » I et II ; 2) deux chapitres qui sont des traductions avec quelques ajouts des chap. « Vers une métamusique » et « Vers une philosophie de la musique » de Musique. Architecture ; 3) « New Proposals in Microsound Structure », qui constitue une contribution originale : Xenakis récuse les méthodes de synthèse du son basées sur l'analyse de Fourier et propose une synthèse fondée sur les probabilités. La nouvelle édition de ce livre comprend : 1) « Concerning Time, Space and Music », qui est proche de l’article « Sur le temps » (1988) ; 2) « Sieves » et « Sieves : a User's guide », qui constituent les deux parties de l'article « Sieves » (1990) : le premier chap. explique en détail la construction des cribles et le second fournit le programme informatique de cette construction ; 3) « Dynamic Stochastic Synthesis », qui donne un exemple de synthèse stochastique extrait de la Légende d’Eer ; 5) « More Thorough Stochastic Music » fournit le programme de génération dynamique stochastique qui a servi pour la première version de Gendy ; 6) une annexe sur « le nouveau système UPIC » issue d’un article de 1990 rédigé par les ingénieurs du CEMAMu de l’époque (G. Marino, J.M. Raczinski, M.H. Serra).

 [Revault d'Allonnes  Olivier] Xenakis : Polytopes, Paris, Balland, 1975, 135 p.

Cf. la partie de la bibliographie « Ecrits sur Xenakis ».

Arts/Sciences. Alliages, Tournai, Casterman, 1979, 152 p. [traductions : 1) en américain : Arts/Sciences. Alloys, translated by Sharon Kanach, Stuyvesant NY, Pendragon Press, 1985 ; 2) en italien : Arti/Scienze : Lenghe, numéro spécial de Quaderni della Civica Scuola di Musica di Milano n°18, 1989]

Ce livre constitue l'enregistrement de la soutenance de thèse de Xenakis en 1976. L'exposé de ce dernier se compose de deux parties : 1) « Philosophie sous-tendue », qui reprend le texte « Variétés » de la seconde édition de Musique. Architecture ; 2) « Concrétions », où Xenakis présente rapidement son travail. Suivent ensuite de longs et très beaux dialogues avec : 1) Olivier Revault d'Allonnes, qui aborde, entre autres, la thèse xenakienne de l'alliage arts/sciences ; 2) Olivier Messiaen, qui tente d'écouter Xenakis en laissant de côté les mathématiques ; 3) Michel Ragon, qui questionne Xenakis sur ses projets architecturaux ; 4) Michel Serres, qui situe Xenakis par rapport à la science ; 5) Bernard Teyssèdre, qui pose des questions diverses. Le livre s'achève avec « Nouvelles propositions sur la microstructure des sons », qui constitue l’original français du chap. IX de Formalized Music (mais amputé de sa fin et des graphiques).

Kéleütha, textes réunis par Alain Galliari, préface et notes de Benoît Gibson, Paris, L'Arche, 1994, 143 p.

Ce livre réunit 15 articles qui ont été publiés de 1955 à 1988. Par ordre chronologique : 1) « La crise de la musique sérielle » (1955) : malgré sa brièveté, cet article constitue un acte fondateur : Xenakis y critique le sérialisme et propose l’introduction du calcul des probabilités ; 2) « Lettre à Hermann Scherchen » (1956) : très bref texte qui répond à des critiques du célèbre chef d'orchestre qui fut le premier à soutenir Xenakis ; 3) « Théorie des probabilités et composition musicale » (1956) : article déjà repris dans Musiques formelles et aussi dans Musique. Architecture ; seule différence : le graphique de Pithoprakta est celui de la première version ; 4) « Eléments sur les procédés probabilistes (stochastiques) de composition musicale » (1962) : article déjà repris en partie dans Musiques formelles ; 5) « La voie de la recherche et de la question » (1965) : premier article où Xenakis expose la théorie des cribles. Il y développe aussi la coupure hors-temps/en-temps ; 6) « Culture et créativité » (1976) : sur la nécessité de la culture et de notre ouverture à toutes les cultures ainsi qu'à la création ; 7) « Des univers du son » (1977) : Xenakis propose de concevoir la musique comme un entrecroisement de plusieurs univers ; 8) « Entre Charybde et Scylla » (1981) : quelques idées générales ; 9) « Les chemins de la composition musicale » (1981) : article dont le début est emprunté au chapitre « Variété » de la seconde édition de Musique. Architecture, qui expose ensuite les idées de Xenakis sur l'application de l'ordinateur en musique, notamment par rapport à la Légende d’Eer et qui se conclut par des remarques sur le spectacle du Diatope ; 10) « Musique et originalité » (1984) : expose clairement la vision xenakienne du monde autour de la question de l'originalité ; 11) « Pour l'innovation culturelle » (1984) : très bref texte qui part d'une réflexion sur le fascisme ; 12) « L'univers est une spirale » (1984) : bref article où Xenakis parle de la nécessité de l'invention d'une science morphologique ; 13) « Condition du musicien » (1985) : sur les problèmes concrets des compositeurs ; 14) « Cribles » (1988) : texte très important pour l’analyse des œuvres de Xenakis, car celui-ci y expose la formalisation des cribles ; c’est la version française de l’article « Sieves » (1990) ; 15) « Sur le temps » (1988) : élargissement important de l’article « Le temps en musique » (1981) : Xenakis expose sa conception du temps, puis il opère une axiomatisation des structures temporelles grâce à la théorie des cribles.

Musique et originalité, Paris, Séguier, 1996, 58 p.

Ce petit livre contient quatre articles de Xenakis dont trois ont déjà été publiés dans les livres précédents : 1) « Musique et originalité » (1984) : déjà repris dans Kéleütha; 2) « Notes sur un geste électronique » (1958) : déjà repris dans Musique. Architecture; 3) « Sur le temps » (1988) : déjà repris dans Kéleütha; (4) « Eschyle, un théâtre total » (1991) : Xenakis explique sa conception d'une musique pour le théâtre antique, en particulier pour l'Orestie.

 Keimena peri mousikis kai architektonikis (Textes sur la musique et l’architecture), édition critique par Makis Solomos, traduction Tina Plyta, Athènes, Psychogios, 2001, 276p.

Ce livre comprend : 1) 4 articles originaux en grec : a) « Iannis Xenakis : aftoviografiko » (Iannis Xenakis : une autobiographie) (1976) : quelques éléments d'une autobiographie, issue d'un entretien de novembre 1975 pour le journal Thourios ; b) « Oi simerines taseis tis gallikis mousikis » (Les tendances actuelles de la musique française) (1955) : sans doute le premier écrit de Xenakis : il y parle beaucoup de Messiaen, un peu du dodécaphonisme et de la musique concrète et conclut sur un hommage à Varèse ; c) « Problimata ellinikis mousikis synthesis » (Problèmes de composition musicale grecque) (1955) : Xenakis résume ses premières recherches et sa volonté de concilier la « tradition grecque » avec le « progrès » de l'Europe : un écrit très important pour comprendre sa première trajectoire ; d) « Epistimoniki skepsi kai mousiki » (Pensée scientifique et musique) (1978) : une conférence très développée (faite à Athènes le 17 sept. 1975 pour la « Semaine Xenakis ») où Xenakis aborde plusieurs de ses problématiques : la question du déterminisme, les structures d'ordre, la nécessité du choix, etc… ; 2) la traduction grecque de 13 articles : « La crise de la musique sérielle » (1955), « Notes sur un “geste électronique” » (1959), « Eléments sur les procédés probabilistes (stochastiques) de composition musicale » (1962), « La voie de la recherche et de la question » (1965), « La ville cosmique » (1965), « Archaiotita kai sygchroni mousiki » (Antiquité et musique contemporaine) (1976 : traduction de « Notice sur l'Orestie », 1966), « Culture et créativité » (1976), « Des univers du son » (1977), « Les chemins de la composition musicale » (1981), « Entre Charybde et Scylla » (1981), « Musique et originalité » (1984), « L’univers est une spirale » (1984), « Sur le temps » (1988).

Universi del suono. Scritti e interventi 1955-1994, a cura di Agostino Di Scipio, con un saggio bibliografico di Makis Solomos, Milano, Ricordi, 2003, 260 p.

Contient : 1) la traduction des articles suivants :  « Problèmes de composition musicale grecque » (1955), « La crise de la musique sérielle » (1955), « Brief an Hermann Scherchen » (1956), « Eléments sur les procédés probabilistes (stochastiques) de composition musicale » (1962), « Auprès de Béla Bartók » (1965), « Le déluge des sons » (1965), sans titre : hommage à Scherchen (1966), « Ad libitum… » (1967), sans titre : sur Stravinsky (1971), « The New Music today » (1975) (avec changement de titre : « Cinque risposte sulla “nuova musica”), « Culture et créativité » (1976), « Des univers du son » (1977), « Nouvelles propositions sur la micro-structure des sons » (1977), « Espaces et sources d'auditions et de spectacles » (1980), « Les conditions actuelles de la composition » (1981), « Pour saluer Olivier Messiaen » (1983), « Alban Berg : le dernier des Romantiques » (1985), « Le pas d'acier de Paul Klee » (1985), « A propos de Jonchaies » (1988), « Sieves » (1990), « Eschyle, un théâtre complet » (1991), sans titre : sur Cage (1993), « Creativity » (1994) ; 2) deux inédits : « Problématiques scientifiques et compositions musicales » (1980) publié sous un titre différent (« Problematiche tecnologiche della composizione »), « De la règle, de la loi » (1992).

Musique de l’architecture, textes, réalisations et projets architecturaux choisis, présentés et commentés par Sharon Kanach, Marseille, Éditions Parenthèse, 2006, 443 p. Version américaine : Music and Architecture, translated, compiled and presented by Sharon Kanach, Hillsdale, New York, Pendragon Press, 2008, XXI et 337 p.

Ce volume assemble les écrits de Xenakis sur l’architecture et sur les polytopes ainsi que les divers projets menés dans ces deux directions.

En ce qui concerne les écrits de Xenakis, une « Esquisse autobiographique » (1980) ouvre le livre : il raconte son itinéraire des débuts jusqu’au Diatope.

Une première grande partie est dédiée aux années Le Corbusier. Elle contient des articles publiés : a) sur Metastaseis et le modulor : « Le Modulor de Le Corbusier » (1957) ; « Metastaseis et le Modulor » (1955, publié sans titre dans le livre de Le Corbusier, Modulor 2) ; b) sur le couvent de La Tourette : « Le couvent d’études de la Tourette, œuvre de Le Corbusier » (1957) ; « Le monastère de la Tourette » (1984) ; « Préface » (1987) ; c) sur le Pavillon Philips : « Genèse de l'architecture du Pavillon » (1958-59) ; « Le Pavillon Philips à l’aube d’une architecture » ; d) sur Le Corbusier : « Sur Le Corbusier » (1965) ; « Le Corbusier était terriblement fragile » (entretien de 1984). Elle contient aussi de brefs textes techniques ou des lettres inédits : « Grille climatique de l’atelier Le Corbusier » (1951) ; « Programme d’études des conditions climatiques optima et des moyens architecturaux de correction » (1951) ; « “Problème de respiration” dans les locaux de Chandigarh » (1956) ; « Note à L[e] C[orbusier] » (1957) ; « Lettre de Iannis Xenakis à Le Corbusier » (1959) ; « Note relative aux pans de verre dénommés “ondulatoires” » (1955) ; « Ligne de conduite pour l’établissement des marchés de É[glise] To[ourette] » (1956) ; « Lettre au père Couesnongle » (1958) ; « Lettre à Le Corbusier » (1957) ; « Programme d’un Stade olympique à Bagdad » (1954).

Une seconde grande partie s’intitule « La Ville cosmique et autres écrits ». Elle comprend les textes publiés suivants : « Beau ou laid » (1994), « Notes sur un geste électronique » (1958), « Vitruve » (1961), « La Ville Cosmique » (1965), « L’architecture et la ville japonaise » (1977), « Espaces et sources d'auditions et de spectacles » (1980), « Il faut se débarrasser des préjugés architecturaux » (1983). Elle contient aussi un inédit : « Topoi » (ou « Lieu », s.d., début des années 1970).

Suit la partie « Architecte indépendant », qui contient des textes inédits : « Centre des arts La Chaux-de-Fonds » (1970), « Cité des arts de Chiraz-Pesépolis » (1973), « Cité de la musique » (1984, avec Jean-Louis Véret).

La dernière partie est consacrée aux polytopes. Elle comprend les textes publiés : « Polytopes » (1982), « Le Polytope de Montréal » (ca 1966, publié en 1975), « Correspondance » » (lettre publiée par le journal Le Monde en 1971, à propos de Persépolis), « Le Polytope de Mycènes » (1978), « Polytope de Mycènes, programme général » (1978), « Geste de lumière et de son du Diatope au Centre Georges Pompidou » (1978), « Diatope : une musique à voir » (publié sous le titre « La composition musicale est à la fois dépendante et indépendante de l’évolution technologique des systèmes analogiques ou numériques », 1982). Elle contient aussi des inédits : « Sur les manifestations artistiques du Pavillon de France de Montréal » (ca 1966), « Polytope. Scénario approximatif des événements lumineux et visuels du vide du Pavillon de la France à l’Exposition 1967 de Montréal » (ca 1966), « Polytope mondial » (1974), « Les polytopes de Beaubourg » (1974).

Chaque partie du livre est abondamment commentée par Sharon Kanach. Elle comprend également des esquisses de Xenakis.

Le livre se conclut avec des annexes comprenant : a) « Index critique des projets architecturaux de Iannis Xenakis » par Sven Sterken ; b) « Bibliographie » par Makis Solomos ; c) « Tableau chronologique ».

La version américaine du livre est plus riche en commentaires critiques et possède d’autres illustrations.αυτοβιογραφία

 
Haut de page